Face aux immenses vagues d’outsourcing qui se préparent, qui seront les prochains chefs de projets? « Notre Lien Quotidien

Le sujet de l’outsourcing publicitaire total est un marronnier de plus en plus convoqué. Plusieurs éléments à charge justifient toutefois sa récurrence.

  • Les agences de pub produisent déjà de moins en moins en interne. Parfois encore en France ou en Ukraine (pour le web ou autre), demain au Bangladesh pour la data.
  • La désintermédiation croissante du marché et l’arrivée de nouveaux acteurs ne peut qu’engendrer une chute des prix qui affectera les masses salariales (entre autre).
  • La pression sur les coûts et la culture du ROI impulsé par certaines agences les condamnent à moyen terme à tailler dans le gras.
  • Gros influenceurs en matière de cost killing ou de méthodes de trading, les métiers de la finance vont apprendre aux publicitaires à outsourcer ce qui n’a pas besoin d’être produit dans le Nord.
  • Aucun effort politique ne sera concédé pour retenir l’industrie publicitaire dans les pays (du moins pas en France).

La culture du projet a de beaux jours devant elle, demain, les pays occidentaux ne produiront que des blue prints. Les quelques heureux élus qui décideront au plus vite de se concentrer sur des tâches à haute valeur ajoutée ne devrait pas le regretter… Les autres pourront toujours déménager.